La Bastie de la Jonchère    Chemin de la Jonchère     26300 Beauregard Baret 

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux 

UN PEU D'HISTOIRE...

Vaste maison forte composée d’une spacieuse cour intérieure flanquée à l’origine de quatre tours défensives et d’une muraille, le château de la Jonchère se dresse immuable sur son promontoire qui domine la vallée de l’Isère. 

 

On retrouve sa trace dans les archives dès 1327, date à laquelle la demeure est la propriété de Jean du Puys, fils d’Aymard de Peyrins. Vendue au Dauphin Guigues VII, la seigneurie passe entre les mains de Girard de Ternieu avant d’être cédée au Seigneur de Montchenu puis à Antoine Forest.  La famille Forest dite Coppe est une ancienne famille romanaise, maîtres de la monnaie à Romans. Ce privilège de  battre monnaie, leur permet d’amasser une importante fortune. La Jonchère resta dans la famille Coppe de 1425 à 1639.

 

Après avoir essuyé les affres des guerres de religion, le château entre en 1639 par mariage dans la famille du Puy-Montbrun, seigneur de Villefranche. René du Puy-Montbrun s’efforce de réunifier et d’agrandir la seigneurie de la Jonchère, tout le mandement de Beauregard est alors réuni sous sa juridiction. Son fils Jean de Puy-Montbrun fait un prestigieux mariage en la personne  de la Baronne de Frise, fille du Premier ministre de l’électeur de Saxe. Il meurt le 31 juillet 1725 en son château qui  se trouve alors au cœur d’un domaine de 70 ha.

 

Après cette date, le château n’est plus habité régulièrement.  François du Puy-Montbrun hérite du château qui passe en 1757, après son décès aux mains de sa nièce Marguerite Marquise de la Faye. Le château est alors très dégradé, la Marquise de la Faye, le laisse à sa fille comtesse de la Tour du Pin Montauban. La Révolution  fait disparaître les archives du château qui sont brûlées en place publique, puis après la mort de la comtesse de la Tour du Pin, le domaine est morcelé entre 1816 et 1823. Un long sommeil s’amorce pour le château de la Jonchère qui passe entre les mains de fermiers.

 

Vendu aux enchères en 1899, il est acquis par Casimir Mossant, chapelier à Bourg-de-Péage. Cet industriel transforme la forteresse en villégiature d’agrément. L’intérieur à l’étage noble est entièrement réaménagé dans un style néo-gothique. Le confort moderne est installé avec l’électricité et des salles de bains. Une élégante marquise est installée sur la façade principale, le porche monumental de l’entrée est entièrement remanié, le parc planté de cèdres du Liban et agrémenté de statuaires. Les toitures et cheminées sont entièrement restaurées, l’ensemble de la vieille bâtisse est de nouveau prêt pour défier les siècles. Casimir Mossant meurt en 1914 en son château de la Parisière à Bourg-de-Péage. Son fils Casimir-François Mossant hérite de la demeure qui devient sa résidence principale.  Il y fait célébrer en 1925 le fastueux mariage de ses deux filles, Jeanne et Juliette avec Gaston Médecin et Martin Frassetto. La Jonchère illuminée par un feu d’artifice sert de cadre majestueux à ses deux unions. Pendant la guerre en 1940 Casimir François Mossant se retire à Monaco et vend la Jonchère.

 

La vénérable demeure n’est guère entretenue ni transformée. Depuis 2015 et grâce à son nouveau propriétaire M. Jean-Michel Ageron-Blanc, le château renoue avec les périodes fastes de son histoire, désormais embelli il est un cadre idéal pour des mariages et réceptions. L’âme de ses vieilles pierres saura indiscutablement vous séduire !

Avec nos remerciements à Benjamin Missud, passionné d'histoire et de son patrimoine régional, pour la rédaction de cet article. 

1/1